15 49.0138 8.38624 arrow 0 arrow 1 4000 1 fade https://aucoeurdetout.com 300 0 1
theme-sticky-logo-alt

Trous noirs et troublants trous blancs

Cette présence d’un trou noir supermassif au centre des galaxies n’est pas sans raison. Son rôle est central.

Prédiction de la théorie de la relativité d’Einstein, les trous noirs – avec leur masse gigantesque dans un tout petit volume – sont un mystère. Et ils sont à l’origine de la vie comme nous l’avons vu. Peut-être le plus grand des mystères car comprendre le phénomène du trou noir, c’est la clé. Où plutôt la serrure où mettre la clé… pour comprendre véritablement l’espace-temps. Rien ne résiste à un trou noir, pas même la lumière, pas même l’espace-temps. Il avale tout. Il arrête le temps, broie l’espace au point de le rendre invisible, mais il est à l’origine de tout, à commencer par les étoiles. Alors que le trou noir lui-même est le cadavre d’une étoile géante.

De récents travaux nous apprennent d’ailleurs l’existence de trous noirs supermassifs au centre de chacune des galaxies ou presque. Cela vaut évidemment pour notre galaxie, la Voie lactée. « Notre » trou noir supermassif central se nomme Sagittarius A*.

Cette présence d’un trou noir supermassif au centre des galaxies n’est pas sans raison. Son rôle est central. C’est une entité active qui sculpte et contrôle les galaxies. Le trou noir en général joue un rôle fondamental dans le Cosmos.

Le trou noir est entouré d’un « horizon des événements », une frontière immatérielle qui représente un point de non retour. Au delà de cette frontières, nos lois physiques ou nos mathématiques ne fonctionnent plus. Et c’est inexplorable. On ne peut donc être que dans la théorie. Scientifiquement, on peut supposer des dimensions alternatives.

Base de données ultime ?

Certains pensent que de cette singularité gravitationnelle (rien n’existe dans un trou noir à part la gravité dans sa forme la plus extrême) on peut voir tout le « futur » de l’Univers (dans notre conception humaine du temps) ou plutôt tout connaitre de l’Univers puisque l’espace-temps s’arrête comme broyé. Plus la matière s’effondre, plus le champ de gravité augmente, plus le temps ralentit. A l’extrême. Dans ce non manifesté, figé, toute l’information (ou mémoire) serait accessible. On y trouverait tous les temps et tous les lieux. Une base de données ultime. C’est une hypothèse à considérer. Possiblement, dans le trou noir, aussi petit soit-il, tout est aussi grand que l’Univers tout entier ou qu’une multitude d’Univers… La structure est invariante par changement d’échelle. L’infiniment petit contient l’infiniment grand de même que l’infiniment grand contient l’infiniment petit (principe de fractalité).

Trou blanc

Et puisque – comme nous allons le voir – tout est séparé et confondu, le « trou blanc« , bien que non observé, est théoriquement pris très au sérieux par la communauté d’astrophysique en tant qu’opposé du trou noir à partir de la relativité générale et de la mécanique quantique. A l’opposé du trou noir qui avale la matière (les trous noirs super massifs envoient aussi d’immenses jets de plasma et d’énergie), avec le trou blanc la matière ne pourrait se déplacer que vers l’extérieur. Avec là aussi un horizon mais empruntable seulement de l’intérieur vers l’extérieur.

Ainsi si le trou noir aspire tout, y compris l’information, le trou blanc crée, et génère lui l’information (comme la matière noire parce qu’invisible). Ce qui est valable dans un sens l’étant dans l’autre, le trou blanc peut être compris comme une injection de matière/information et le trou noir comme une récupération de matière/information après expérience dans l’espace-temps, cadre de la dualité permettant la Conscience. On ne pourra s’empêcher de faire une analogie avec la respiration. Le trou blanc est une expiration, le trou noir est une inspiration.

Selon des calculs, vu de l’extérieur du trou blanc/trou noir, cette boucle cosmique, cette respiration, se fait en 16 milliards d’années contre 1.4 milliseconde au niveau du trou lui-même. Les trous blancs (appelés aussi fontaines blanches) sont modélisés micro-physiquement par analogie de manière hydrodynamique à l’Institut PPrime du technopole du Futuroscope. Pour finir avec ce thème, le trou blanc, qui est petit vu de l’extérieur mais vaste à l’intérieur, est la solution au « paradoxe de l’information ». 

L’évolution reste unitaire. Du grand Art.

« Qui est guidé par une étoile ne regarde jamais en arrière. »

Léonard de Vinci

« Vous êtes une ouverture par laquelle l’Univers se regarde et s’explore lui-même. »

Alan Watts