15 49.0138 8.38624 arrow 0 arrow 1 4000 1 fade https://aucoeurdetout.com 300 0 1
theme-sticky-logo-alt
synchronicité

Synchronicité

La synchronicité est un moment décisif dans la perspective de l’accomplissement de son dessein (c’est le kairos des Grecs), du Devenir.

Définition : la synchronicité est l’occurrence simultanée d’au moins deux événements qui ne présentent pas de lien de causalité, mais dont l’association prend un sens pour la personne qui les perçoit (Wikipedia).

Carl Gustav Jung (1875-1961), fondateur de la psychologie analytique qui avec le physicien Nobelisé Wolfgang Pauli (1900-1958) a développé ce principe d’occurrence écrivit : « La synchronicité, n’est pas une vue philosophique mais un concept empirique qui postule un principe nécessaire à la connaissance. » On pourrait parler d’un aiguillage : « Les couches les plus profondes de l’inconscient sont activées, ce qui met en route la métamorphose de la personnalité ».

La synchronicité est un moment décisif dans la perspective de l’accomplissement de son dessein (c’est le kairos des Grecs), du Devenir. Avec la synchronicité deux événements distants sont liés, au delà de tout, via un plan neutre, ou arrière-plan. Rassemblés ils fondent une force substantielle (qui nourrit, qui est considérable, qui est essentielle). La synchronicité est le message (loin des dogmes) dont nous avons besoin pour nous rapprocher de la transformation que la Nature entend nous faire atteindre, vers l’expérience de l’unité. Elle exige un peu d’attention dans la vie courante ou même les rêves.

Aiguillage

Ainsi, par exemple, Elias Howe parvint à devenir, au XIXe siècle, l’inventeur de la machine à coudre en passant un obstacle majeur grâce à une association d’idées en provenance d’un rêve. L’Américain buttait sur l’aiguille et son chas. Aucune ne fonctionnait. Jusqu’à une certaine nuit… Dans son rêve, Howe s’imagina prisonnier d’une tribu africaine avec des lances d’une forme inhabituelle. Cette forme originale était la solution pour son aiguille ! Et une forme de clin d’œil au conte de Rabia al-Adawiyya. Sacré aiguillage s’il est perçu pour ce qu’il est !

« Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez-vous. »

Paul Eluard

Puissance autonome

Au delà de cette petite histoire, la synchronicité est à percevoir comme une puissance autonome à laquelle il faut faire attention pour porter une intention nouvelle. Comme un or donné pour s’ordonner et apprendre à rayonner sans briller. La synchronicité s’inscrit dans le chemin d’unification de l’être par le symbolisme.

Et pour cause, c’est du grec ancien (Sumbolon) que nous vient le mot symbole. A l’origine, il est un objet (une poterie par exemple) coupé en deux. Deux personnes gardant chacun une partie qui servira de signe de reconnaissance, tel un mot de passe. C’est donc quelque chose qu’on sépare aléatoirement pour que rassemblé, parfaitement imbriqué, il reforme une unité originelle évidente.

« Dès que tu avances sur le chemin, le chemin apparaît » disait le poète mystique persan Djalâl ad-Dîn Rûmî. La physique quantique ne dirait pas autre chose. L’intention et l’attention créent. Autrement dit : « C’est en frappant que l’on crée la porte. » (Agathe Maire/« L’hypnose et moi »/Ipanema).