15 49.0138 8.38624 arrow 0 arrow 1 4000 1 fade https://aucoeurdetout.com 300 0 1
theme-sticky-logo-alt

L’Unité va de pair… et par paires

Tout est Un et dans ce Un que nous éprouvons tout se compose de paires et se décompose par paires qui vont de pair.

« Aller de pair » signifie « être sur un pied d’égalité », « être à l’unisson » et « avoir un point commun ». Car il n’est pas affaire de paire ici. Le Deux manquant de cohésion car divisible.

La légende autour du caducée nous raconte qu’un jour Hermès sépara d’un coup de baguette (ou de branche de l’arbre de la Connaissance) deux serpents qui se battaient et les enroula l’un et l’autre autour de celle-ci. Il les mis ainsi « d’accord » en les réunissant l’un et l’autre autour d’un axe qui représente l’Unité, sans distinction de bien et de mal. Et sans contact l’un avec l’autre. Ce symbole (du séparé et confondu) exprime l’union des contraires, le dépassement des antagonismes, le principe réconciliateur des opposés, une spirale de forces constructives, le renouveau sous la forme d’une involution puis d’une évolution menée à bien.

Le caducée (qui ressemble à l’hélice d’ADN) – tel que connu – a en plus, en son sommet une paire d’ailes afin de symboliser les forces contraires du volatil et du fixe. Comme toute chose a une origine et la retrouvera, on fixera le volatil (involution) puis volatilisera le fixe (évolution). Le sens étant à l’élévation.

Symboliquement, on passe d’une confusion initiale (le chaos incarné par le serpent fondamentalement séparateur), d’un déséquilibre, d’une force de dissociation (permettant la création d’information), à une mise en ordre par la réunion autour d’un axe (comme un point central) avant la restauration. Car c’est par l’expérience de la dualité que l’unité peut avoir conscience d’être. Et c’est cette unité devenu axe de la spirale qui permet une trinité réunificatrice.

Tout est Un et dans ce Un que nous éprouvons tout se compose de paires et se décompose par paires qui vont de pair. Deux s’opposent et se complètent, une troisième manifestation les équilibre : l’axe sur lequel les aléas n’ont pas d’incidence, celui sur lequel nous pouvons nous aligner puisque Tout est uni, une même chose. De dualités il s’agit de produire une synergie. Intégrer l’unification comme un équilibre subtil : un axe au centre d’une double hélice dualiste rendu possible par un mouvement commun (comme UN) au delà du visible. Le milieu et la fin de chaque chose.

« Le mystère, c’est un mot mystérieux… avec un plein secret. Le mystère est ce que l’esprit doit accepter bien que ce soit inacceptable. Par exemple que Dieu est 1 et 3. Pour notre logique du tiers exclu [une proposition est vraie ou bien sa négation est vraie] c’est tout à fait inconcevable. Pourtant le dogme dit cela. Le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Cela, c’est le mystère théologique, ça me fascine. C’est à dire l’abolition des contraires, le moment où le monde n’est plus ceci OU cela mais ceci ET cela. Il s’agît la chose la plus difficile à admettre pour notre esprit, recevoir le monde dans sa complexité. C’est là où les scientifiques nous aident beaucoup. Un photon, particule insécable, passe par deux fentes. Il faut l’admettre. »

Jean-Claude Carrière (sur Europe 1)

Nous passons du classique 0 OU 1 pour enregistrer de l’information au 0 ET 1, superposition quantique comme champs des possibles. Et comme dans le ou les Univers tout est identique par ailleurs, en tant qu’Être (sur onze dimensions) chacun de nous est dans cette même logique : séparé, lié et confondu (Rébis).

C’est à dire que communément nous n’avons pas la connaissance de tout ce que nous sommes réellement. Par conséquent, rassembler ce qui est épars, c’est déjà commencer par l’expérience de soi-même, s’axer et se reconnecter à tout ce qui nous fait, c’est à dire un inconscient collectif, ou une conscience universelle, ou un arrière-monde neutre, ou un hologramme global, ou Dieu, ou un champ morphogénétique, ou un univers... Chacun donnera le nom qui lui convient à ce Tout essentiel, même si cela est hors des schémas humains.

Deux s’opposent et se complètent, une troisième manifestation les équilibre

alliance

L’Amour Inconditionnel naît/est une trinité, un équilibre subtil, le Soi, la Sagesse. Car tout ce que l’Homme entreprend doit être un mouvement de transformation. Une unification en âme et conscience. Une réintégration nue dans l’unité primordiale et ultime.

Pour l’Alchimiste la nature est composée de lumière, de matière et d’un obstacle à l’union, à l’alliance. La quintessence étant le point où le volatil se fixe et le fixe se volatilise. Quand l’être sait or donner, alors il peut ordonner. Ordo ab chao. C’est par le Trois que l’intelligence (donc l’amour) opère. Le Deux étant la condition de la création, de la dynamique, et le Un l’origine et l’aboutissement. Comme l’amour est l’origine et l’aboutissement. Fixe et stable. Deux s’opposent et se complètent, une troisième manifestation les équilibre : l’amour sur lequel les aléas n’ont pas d’incidence.

Autrement dit, l’atome originel – que l’on pourrait qualifier de lumière créée – serait une conscience, serait l’extraction d’un Principe – l’amour – qui se met en quête de lui-même. Toute l’histoire de l’Univers serait une quête, une simulation : l’amour qui s’éprouve dans une multitude incroyable d’expériences. Tout cela serait une réflexion de l’amour. Et notre vocation, de la même manière, serait d’éprouver l’amour (originel) en nous pour le faire aboutir, le porter authentiquement. Un chemin vers le Un initial qui mène à l’Unification. Boucler la boucle. Nous sommes unis vers cette destination qu’est l’amour. Mais un grand nombre l’aurait oublié à ce stade.